Un été en 2040! Le récit captivant de Jacques-Antoine Granjon.

En ces temps de « métamorphoses », il me semble nécessaire de se projeter dans l’avenir afin d’être en mesure de construire ensemble le récit d’un futur réussi. Chaque mois, une personnalité nous enverra une lettre provenant du futur ! Cet été, j’ai envoyé le PDG et fondateur de Vente-privee.com , Jacques-Antoine Granjon en 2040. Voici sa lettre estivale depuis le futur. Je ne vous en dis pas plus…Belle lecture! 

Jacques-Antoine Granjon ©Olivier Roller2

Chère Annabelle

Quelques nouvelles légères de Saint-Tropez en ce début d’août 2040 où je me repose en famille.

Je ne sais pas où vous êtes, mais ici il fait  extrêmement humide surtout depuis que le village est devenu lacustre. Les nombreuses ruelles se sont transformées en  autant de petits canaux qui alimentent la grande lagune dite des vieux oliviers.  Les moustiques y prolifèrent.

L’ordonnance controversée du ministère mondial de la protection des espèces  ordonnant le génocide  du moustique tigre pour des critères de santé universelle  n’empêche pas la prolifération d’autres insectes, certes sympathiques et non mortels, mais souvent désagréables comme le camarguais du Berry si reconnaissable à sa célèbre crinière blanche, et qui pullule partout en Europe.

Les clôtures à ions positifs les stressent mais  ne les empêchent pas de rentrer dans les jardins ni les maisons. Et là ils sont chez eux. Rien à faire.

L’interdiction absolue de tuer les animaux décrétée il y a quelques mois par l’Onu, et adoptée à l’unanimité par tous les états membres, a pris pas mal d’espèces  au dépourvu sur d’infinis cas non encore prévus par la législation.

Les jurisprudences tombent les unes après les autres.

Les indiens ont un peu d’avance sur nous, et leurs juristes sont remarquables sur ces sujets.

Entre temps la police croule sous les  plaintes : déviations de fourmilières , abandon d’objets et d’espèces volantes sur les bas-côtés après collision , écrasements accidentels  de vers, de fourmis, et même noyades inopinées de guêpes et d’abeilles pour non-respect des horaires d’arrêt des remous liés aux skimers des piscines privées . Il va falloir s’y faire.

Notre nouveau Président anti species  applique son programme. Nous étions prévenus. Et nous l’avons élu à l’unanimité en Europe.

L’humanité rentre dans le rang et accepte enfin sa place de dominant pacifiste et respectueux de la cohabitation planétaire.  

Un couple de chimpanzés squatte le terrain d’à côté. Libérés il y a quelques années d’un cirque devenu illégal, ils attendent un logement plus décent. Nous leur rendons visite régulièrement et commençons à développer de vraies conversations avec eux. Ils en savent tant sur nous les hommes, nos turpitudes. Ils nous ont vu agir, alors que nous pensions avec arrogance qu’ils ne se souviendraient ni de nos actes, ni de nos paroles.

Il va nous falloir plusieurs générations pour digérer cette culpabilité. Mais déjà leurs enfants nous ont pardonné. Ils ont cette grande force, et nous avons beaucoup à apprendre.

J’ai tellement d’histoires de chiens de laboratoires qui ont été recueillis par leurs anciens tortionnaires avec qui ils avaient créés des liens affectifs si forts.
Des animaux  hébétés de cette liberté retrouvée errent en quête de familles d’accueil, de nourritures végétales  et d’amour.  Ce sont nos « voleurs de poules »  contemporains,  si je peux me permettre 😉
Voleurs mais jamais violents. Pas de rancune, pas de vengeance.

Des amis me rapportent que pas si loin dans l’arrière-pays des gangs mixtes se créent entre jeunes loups  et agneaux. La Fontaine doit rire doucement dans sa tombe.

 Ne nous leurrons pas, les sujets sont quand même nombreux: celui de la prolifération de certaines espèces comme les  sangliers de la forêt du dom n’a pas été traité.

Ici dans le village, canaux et lagunes  nous protègent de leurs virées nocturnes en bandes inorganisées, mais je sais qu’à Ramatuelle, Grimaud et Gassin, la cohabitation avec ces hordes déferlantes est problématique.

La propriété privée est remise en question avec tous ces droits de passage légalisés et ces cohabitations  naturelles entre espèces. Les recherches sur le « partageur émotionnel de langages multi espèces  » traînent, et les esprits s’échauffent parfois.

Que fait Google ! Sans dialogue commun on n’y arrivera pas. Même si tout le monde y met de la bonne volonté.

La mort est hors la loi et la planète trop petite. On va bien rire quand la loi sur le contrôle des naissances va être adaptée à chaque espèce. Parlez-en aux syndicats des punaises, vous allez voir leur mobilisation sur les matelas.

Mais bon, Le temps de la conscience et du partage est venu. Plus vite que nous le pensions même. Vous y avez tant œuvré.

Il n’en reste pas moins que la suppression de toute prédation non naturelle sur la terre  créé de nombreux problèmes qui me semblent insolubles. Mais bon, je ne fais pas de politique et je ne veux pas gâcher l’euphorie de cette libération.

Pour ce qui est de l’activité économique, l’ancienne usine de torpilles a enfin été réhabilitée en usine de gondoles au look de vieux pointus. Quel succès de saint Raphael jusqu’à Cassis.

Les écoles de gondoliers explosent avec l’Eco tourisme. Beaucoup de jeunes préfèrent rester dans le sud à l’air libre  que de vivre sous les dômes climatisés  et aseptisés des grandes villes.

Je les comprends. Ici ils veulent tous être gondoliers. Surtout depuis qu’il n y a plus de pêcheurs.

Gondolier, une des dernières forme d’aventure en Provence.

Je vous laisse, un drone vient de me prévenir qu’il me livrait dans 55 secondes  ma commande de protéines végétales fraîches du Berry, et un litre de sirop de coquelicots coupés du jour en Beauce.  Du producteur au consommateur.

Amazon a muté en transporteur et quel transporteur: ils sont maîtres du ciel entre 5 et 20 000 pieds. Désormais noir, les drones s’affairent  et, comme recouvert en permanence d’un nuage de sauterelles,  la si belle lumière de la presqu’île chère à  Signac a disparu. À chaque époque sa malédiction biblique. Faut toujours faire attention avec ces engins volants. Un coup de pales est si vite arrivé.

Je vous souhaite un bel été, et vous embrasse affectueusement.

JAG

Crédit photo ©Olivier Roller 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s