A 29 ans, ce jeune entrepreneur veut hacker l’orientation scolaire et professionnelle !

 

BONAAAAA

 

D’ici 5 ans, nous aimerions avoir accompagné plus de 10 millions de jeunes, en France, mais aussi à l’international.

A 29 ans, après des études en histoire de l’art et en management de la culture, cet italien d’origine croate débarque en France dans le cadre d’un échange Erasmus. Depuis 2010, la France est devenue son pays d’adoption. Aujourd’hui,  Borna a créé Pixis, une application au service du travail de demain! Son objectif est de permettre à des milliers de jeunes de trouver leur voie, tout en les sensibilisant aux métiers du futur!

Rencontre.

Bonjour Bona! Peux-tu nous dire ce qu’est Pixis?

On peut dire que Pixis est une nouvelle génération de conseillers d’orientation.

PIXIS

Nous utilisons la data science et l’intelligence artificielle pour faire découvrir aux jeunes des centaines de métiers et de formations. C’est possible grâce à une plateforme en ligne qui rassemble des services innovants autour d’un moteur de recherche visuel : la galaxie des métiers!

Quel a été ton déclic pour te lancer dans l’aventure Pixis ?

Jusqu’en 2012, je ne connaissais pas grand-chose à l’entrepreneuriat. Mais, grâce à des rencontres heureuses, je me suis peu à peu rapproché de ce monde et de celui de l’innovation.

Une lecture, un blog sur les startups, des vidéos sur youtube :voilà mon premier contact avec le monde des start-ups !

Un virus qui s’est répandu, sans que je puisse l’arrêter. J’ai ensuite intégré une formation à l’entrepreneuriat pour jeunes chercheurs à l’ESCP Europe. Le véritable déclencheur a été la participation à un Startup Week-end, une initiative que je conseille à tous ceux qui veulent avoir un aperçu de la vie entrepreneuriale. Cela a été le vrai déclic pour me lancer !

Quelles sont les valeurs que tu souhaites défendre à travers ce projet ?

Nous avons décidé de créer Pixis parce que nous sommes convaincus que le XXIème  siècle est une période de profondes mutations dans la société, pour le marché du travail, mais aussi dans la manière d’apprendre, dans la manière d’être etc.

C’est pourquoi avec Pixis nous rêvons de donner à tous les jeunes la chance de pouvoir mieux se connaître, cultiver ses passions et développer ses talents, tout en fournissant des informations de qualité sur les opportunités de formations et les carrières envisageables.

La question que nous posons à travers Pixis est : « Dans quelle société voulons-nous vivre ? Quel monde voulons-nous construire ensemble ? »

Qu’est ce qui t’amuse le plus dans ce projet?

La vie de tous les jours au sein de mon groupe d’associés et de collaborateurs ! Nous sommes une équipe où l’on parle en même temps le français, l’anglais, l’italien et l’arabe… C’est une vraie expérience multicolore où chacun tire de beaux enseignements des différences des autres.

Comment s’est constituée ton équipe ?

J’ai rencontré Wissam lors d’un séminaire sur l’entrepreneuriat. Nous avons décidé de nous engager dans un projet de groupe sur la création d’entreprise : c’était la base du projet Pixis. Aloïs, le troisième associé, nous l’avons rencontré à un meetup sur l’innovation et nous nous sommes tout de suite retrouvés autour des valeurs de Pixis. Il nous a semblé tellement évident de s’engager ensemble sur cet enjeu social qu’est l’orientation !

Quels sont vos leviers financiers ?

Nous avons bénéficié d’une subvention de 75000€ dans le cadre du French Tech Ticket et sommes aujourd’hui en phase de levée de fonds.

Quelles ont été les principales difficultés auxquelles vous avez fait face ? Comment avez-vous réussi à les surmonter ?

Dans le domaine de l’orientation scolaire nous devons faire face à un système, celui de l’Éducation Nationale, parfois difficile d’accès pour les entreprises privées.

Cela est tout à fait compréhensible si l’on pense que l’éducation est un acquis constitutionnel auxquels tous les jeunes ont droit, indépendamment de leur provenance sociale ou géographique.

Pourtant, dans un monde de plus en plus complexe où l’on sait qu’environ la moitié des métiers de demain n’existent pas encore, il est très difficile pour les jeunes de 15-23 ans de décider quel parcours professionnel choisir après le Bac, tout en devant se poser cette question dès la classe de troisième.

Les 115.000 formations existantes en France et les 12 minutes qu’un conseiller d’orientation peut dédier en moyenne à chaque élève, ne les aident certainement pas dans ce choix…

Il y a donc un fort besoin d’innovation dans le secteur de l’orientation. Nous appliquons une approche des petits pas afin de démontrer aux institutions que la nôtre est une solution complémentaire à l’offre publique existante qui, grâce à l’apport de la technologie, permet une expérience très personnalisée et au plus près des besoins des jeunes.

Comment envisages-tu l’avenir de Pixis ?

Nous souhaitons devenir une référence en ligne pour tous les jeunes qui ont du mal à trouver leur voie.

D’ici 5 ans, nous aimerions avoir accompagné plus de 10 millions de jeunes, tout d’abord en France, mais aussi à l’international.

Admettons, je suis un jeune, je cherche à trouver un travail qui ait du sens. Comment Pixis peut m’aider ?

Répondre à cette question de manière générale est très difficile car chercher du sens dans les choses qu’on fait dépend beaucoup des valeurs de chacun, de son éducation, de son entourage, de ses aspirations etc.

Or, chez Pixis nous croyons que l’orientation est bien plus que le simple choix d’un métier et d’une formation associée. Nous pensons que tous les jeunes doivent se demander : « Quel est mon rôle dans la société dans laquelle je vis ? Comment puis-je faire ma part et contribuer à rendre le monde meilleur ? »

Pour cela, nous cherchons à sensibiliser les jeunes aux défis et aux enjeux de la société du XXIe siècle, en reliant le plus de métiers possibles à au moins 1 des 17 objectifs de développement durable (ODD), tels que ceux définis par l’ONU en septembre 2015.

Quels seraient les conseils que tu donnerais aux jeunes qui veulent contribuer aux ODD ?

Tout d’abord, celui d’identifier un principe, une cause, une action qui peut avoir un impact et/ou répondre à un enjeu majeur d’ici à 2030. Cette action ne pourra pas forcément avoir un retentissement au niveau mondial tout de suite, mais elle peut déjà changer notre vie de tous les jours !

Il s’agit d’agir à un niveau local, de rassembler des personnes qui croient en nos valeurs, de sensibiliser tous ceux qui ne connaissent pas encore les ODD : à l’école, à l’université, en famille…partout ! Et d’utiliser les technologies de l’information pour diffuser ensuite à un public de plus en plus important les résultats de nos actions, afin qu’elles inspirent d’autres communautés et ainsi de suite.

Pour en savoir plus sur les ODD, c’est ici!

Toute l’équipe de Youth We Can! te remercie vivement pour ces infos et ces conseils. Bon courage pour la suite de l’aventure !

 

2 thoughts on “A 29 ans, ce jeune entrepreneur veut hacker l’orientation scolaire et professionnelle !

  1. Bravo Annabelle pour cette merveilleuse interview ,Pixis une merveilleuse application qui permettra à nous tous de choisir et trouver l’orientation qui nous correspond.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s