L’humanité est une persévérance !

En ces temps de « métamorphoses », il me semble nécessaire de se projeter dans l’avenir afin d’être en mesure de construire ensemble le récit d’un futur réussi. Chaque mois, un acteur du changement nous enverra une lettre provenant du futur ! Ce  mois-ci, j’ai envoyé Sandrine Roudaut* en 2040. Voici sa lettre depuis le futur, où il est question d’une humanité qui a persévéré, qui s’est autorisée à imaginer autre chose, et qui a fait advenir l’Utopie ! 

Chère Annabelle

Cette histoire va te paraître dingue mais dis-toi que de 2040, c’est comme si toi, tu écrivais depuis 2016 à 1990. A une époque où ils n’étaient que quelques-uns à s’émouvoir des gens qui fumaient en voiture fenêtres fermées, avec des enfants à l’arrière. Une lettre à la génération Minitel au moment où outre-Atlantique le brouillon d’Internet émergeait pour une ultra minorité…

Ce que tu vis aujourd’hui de méditation, développement personnel, intelligence collective… c’est le Minitel, une idée lumineuse mais pas encore assez sexy, les prémices d’une révolution spirituelle.

Nous sommes en civilisation éclairée. Et cela change tout.

En 2040 il n’y a plus de nations, de drapeaux, plus de frontières. Nous sommes une même humanité avec des communautés d’intérêts, mouvantes en fonction de ceux qui la composent. Avec les réfugiés, que l’on appelle les « accueillis » : accueillis de guerre, économiques, écologiques, on a repensé la vie, la fraternité, les biens communs, les savoir-faire partagés, les talents disponibles.

Suite à un krach boursier et un peu de hacking en toute belle conscience, l’argent du nucléaire, du lobbying, de l’évasion fiscale et des projets inutiles a été transféré automatiquement vers la R&D en énergie renouvelable, l’économie circulaire, les emplois locaux et entreprises utiles, soutenables et désirables.

Magique ! En quelque temps retour au bien-être pour chacun et à de vraies solutions techniques.

Il y a un revenu universel pour tous, ainsi pour complément nous choisissons les activités qui nous font vibrer. Rapidement les multinationales has been n’ont plus recruté personne.

Nous avons inventé de nouvelles activités, nous troquons. Comme nous avons dû économiser les minerais, moins de bandes passantes, moins d’écrans, nous les apprécions davantage, presque tous les jours je te rassure. Alors nous nous retrouvons le soir, il y a les cafés, les fêtes, la musique, la danse, les jeux, les mentalistes, les arts martiaux. Nous philosophons, créons des projets, profitons d’une nature apaisée.

La beauté nous saute aux yeux.

Alors il y a bien des gens qui ont voulu défendre l’idée de nation et de course à la croissance, libres à eux. Je les appelle les ZAD les Zones A Dystopie, mais ils apprécient peu l’insolence.

Il y a les ZZ les électeurs FN, ils se sont exilés sur une île qu’ils veulent pure. Nous les observons de loin, telle notre mauvaise conscience.

Et puis les ZAF, les Zones À Fierté, des mini Suisse, ils défendent le pouvoir, la soumission, ils veulent maintenir la pollution, les inégalités, les burn-out et la Légion d’honneur.

Leur vision de l’avenir ? Elle n’a pas changé : le béton, les avions, l’état d’urgence, le couvre-feu et tout cela en prétendue démocratie participative avec des post-its.

Ils sont seuls désormais à payer le prix des ressources devenues rares et les malversations de leur système. Cela commence à coincer.

Régulièrement certains de ces ZAF sortent de leur zone, en exploration, sous prétexte d’apprentissage de la permaculture, de block-chain éthique ou de retraite spirituelle.

Souvent ils restent avec nous. Leurs expériences, leur cynisme critique nous sont précieux. Car s’il nous faut savoir cultiver l’héroïsme ordinaire en chacun et notre sagesse collective, nous restons vigilants sur nos vulnérabilités.

L’humanité est une persévérance.

Voilà je ne te dis pas comment nous y sommes parvenus.

C’est en expérimentant que l’on change les choses. La résistance au modèle établi s’est avérée nécessaire. Le désir d’utopie, l’inattendu doivent rester entiers.

Il aura fallu attendre les 500 ans de l’Utopie de Thomas More pour vraiment se mettre à la réaliser. Et d’après mes souvenirs cela a démarré très précisément en 2016 !

Sandrine Roudaut

 

*Auteure de L’Utopie Mode D’Emploi, Sandrine Roudaut est co-fondandrice d’Alternité :tribu de chasseurs semeurs (chasseurs d’idées soutenables et désirables, semeurs d’utopies), de La mer salée, maison d’édition engagée. Initiatrice de la page FB « Quand la beauté nous sauve ».

Bonus des optimistes:  

DÉCOUVRIR !

C’est grâce à ce Ted  « Comment faire advenir l’utopie ? »  que j’ai découvert les travaux de Sandrine.

 

AGIR !   

Pour décider ensemble et aujourd’hui de notre avenir commun, je vous recommande la lecture de L’Utopie Monde D’Emploi de Sandrine Roudaut.

Pour commander votre livre, c’est ici!

 Le vade-mecum indispensable du XXIe siècle!

utopielivreok

 

L’utopie est réalisable. Voilà le message que nous délivre Sandrine Roudaut, l’auteur de l’Utopie Mode d’Emploi. Dans cet ouvrage, Sandrine nous enjoint à changer de posture afin de bâtir ensemble un avenir commun et soutenable.

Un vade-mecum qui m’apparaît comme indispensable pour toutes celles et ceux qui envisagent demain à l’aune de solutions concrètes, mus par le désir de dessiner les lignes d’une société plus maternelle : c’est à dire plus humaniste, plus juste, plus écologique, et pérenne.

Au fil des pages, Sandrine nous invite à modifier nos comportements, à identifier nos freins au changement, et surtout à les dépasser. Elle nous met aussi en garde sur les fausses réponses qui ne font que différer les questions sans jamais les résoudre.

Il apparaît évident que le retour en force du mot utopie n’est pas anodin.

L’Utopie Mode d’Emploi souligne qu’il est vain d’attendre oisivement un monde meilleur ou encore l’apparition d’un homme providentiel. Sandrine Roudaut préfère propager des idées à assimiler de toute urgence.

Le tout est étayé par de nombreux exemples.

Loin d’être un livre incantatoire, l’Utopie Mode d’Emploi est au contraire très didactique. Car l’auteur a bien compris que nous n’avons plus le temps d’ergoter sur le vocable. Il est uniquement question de poser des actes, et d’expérimenter des solutions qui engendreront un monde meilleur.

Pour cela, Sandrine Roudaut propose un mode d’action où la résistance et la créativité sont autant d’atouts pour libérer l’inspiration dans tous les domaines, tout en tenant compte de la complexité de notre époque.

Cette lecture permet aussi d’accepter que l’utopie ne sera réalisable qu’en brisant la plupart de nos systèmes de croyances, en sortant de nos zones de confort et en ouvrant les yeux sur la multitude des enjeux à relever. 

Un ouvrage inspirant qui nous présente un florilège de pistes, de solutions concrètes, et tangibles pour devenir à notre tour les artisans d’un monde soutenable.

À nous de jouer !

Annabelle

A propos des Editions La Mer Salée

La Mer Salée est une invitation à explorer un Nouveau Monde. Ancrée à Nantes, fabrication à moins de 5 km, écologique, partenaire de Pur Projet pour replanter des arbres, afin de compenser son empreinte carbone et soutenir des producteurs au Pérou.

Pour commander votre livre, c’est ici!

 

2 commentaires sur « L’humanité est une persévérance ! »

  1. Comme toujours une personnalité touchante que vous nous faites découvrir Annabelle. Utopique, je l’ai été et le suis encore. Peut être est ce le plus bel héritage que m’a laissé mon grand père, parti trop tôt, qui lui disait  » Ah si les hommes étaient bons, généreux, honnêtes….. nous pourrions vivre dans un monde en paix… »
    Et je retiendrai un mot qui, lui, devrait être employé bien avant 2040….. Ce sont les « ACCUEILLIS ». Oui l’employer dès aujourd’hui……

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s